LA NAVETTE D’AVENIR SARLAT, C’EST TOUT BÉNÉF’!

TRANSPORT

Le bus des commerçants permet d’éviter la galère des bouchons estivaux.

Mais aussi de faire des rencontres

 

 

Samedi matin, jour de marché oblige, l’avenue Aristide-Briand est bondée. Cela tombe bien, depuis la mi-juillet, la navette des commerçants d’Avenir Sarlat a été remise en service (1) pour permettre à tous ceux qui le souhaitent d’éviter de se casser les dents sur les files de voitures interminables.

Le rendez-vous est donc pris sur le parking du lycée Pré-de-Cordy. Il est 11 heures. Il fait beau, mais pas trop chaud. De nombreuses familles patientent déjà après avoir acheté leur ticket auprès des deux saisonnières présentes sous leur cabanon. Casquette vissée sur la tête, lunettes sur le nez et tongs bien calées entre les doigts de pied, les clients se pressent dans la bonne humeur. Sans chahut. En même temps, ils s’apprêtent pour la plupart à visiter la ville et ses étals de producteurs, et à déguster des produits locaux, le tout en perdant le moins de temps possible. Difficile de faire mieux.

« Quand on a vu le monde, on a compris que ce serait compliqué de trouver un parking pour garer notre camping-car. Alors on a pris la navette», expliquent Gaëlle et Guelor, un couple de Bretons venus profiter du Périgord noir avec leur petite fille, Nina.

Joindre l’utile à l’agréable

Dans le bus de Périgord Voyages, l’enfant sera d’ailleurs la star du trajet. Pendant que les plus studieux attendent sagement d’arriver à bon port à l’avant de la navette, un couple d’Américains originaires de Caroline du Sud craque pour la petite chipie, intriguée par le langage et l’accent du mari de Cindy. « Elle est trop mignonne ! », s’exclame celle-ci. Gaga, son compagnon sympathise avec l’enfant sous le regard attendri des parents. Tape dans la main, échange de chapeau, la complicité se dessine malgré les problèmes de communication. « C’est un super mec », lance Neal, l’ami et « guide touristique » des deux Américains. Pendant qu’Américains et Français signent le pacte transatlantique– et que les voyageurs de l’avant du bus sont prêts à piquer un somme –, le temps passe et tout le monde se rapproche du centre-ville. L’occasion du coup de découvrir les paysages par la fenêtre. Et de se rendre compte de la galère des autres touristes qui ont maille à partir avec le parking et ses horodateurs sur l’avenue du Général-de-Gaulle. « C’est pour ça que cette navette est une très bonne idée », s’amuse Cindy, toute fière de faire partie de l’expédition. Vingt-cinq petites minutes après avoir décollé du lycée, voilà le bus stationné à l’arrêt de la place du 14-Juillet. Tout ce beau monde descend et vogue vers ses occupations. Cindy, Neal et leurs nouveaux amis se disent adieu. « Le trajet se fait bien. Et puis ça permet de parler cinq minutes sur le trajet et de se faire de nouveaux amis. » Ou comment joindre l’utile à l’agréable.

Jusqu’au samedi 26 août. Départ toutes les 30 minutes de 9 h 30 à 15 h 30. Retours jusqu’à 18 h 45. Tarif : 3 euros aller-retour par personne

(parking inclus).

 

SUD-OUEST –  ÉMILIEN GOMEZ